Restauration du court-métrage : Les pièces d’argent.

Une nouvelle version restaurée du court-métrage : Les pièces d’argent est en cours d’étalonnage, grâce à un scan 2K effectué par le laboratoire ECLAIR à partir du négatif 35mm.

« En 2002 lors du choix du tournage en pellicule on me prenait pour un fou…mais 18 ans plus tard, je peux dire que la qualité est juste magnifique , précise Mongi Aouinet.

mongi-aouinet-2020-36

En effet pour les 20 ans de la société de production PARADOXE FILMS, nous avons décidé de restaurer le film pour une re-diffusion en salle.

La diffusion est prévue à partir du mois d’avril.

 

Mongi Aouinet

26 juin, Journée Internationale de soutien aux victimes de la torture.

A l’occasion des projections du court-métrage de L’Homme sans voix via le réseau LE RECIT et des projections débats, voici le communiqué officiel de L’Organisation Mondiale Contre la Torture de Tunisie.

Organisation Mondiale Contre la Torture (OMCT)

(Sélestat, le 26 juin 2019) – Commémoration de la Journée internationale pour le soutien aux victimes de la torture
A l’occasion de la Journée internationale pour le soutien aux victimes de la torture, Paradoxe films et l’OMCT ont le plaisir de vous présenter le court métrage « L’Homme sans voix ». Le film, co-réalisé par Mongi et Abdelkrim Aouinet, montre l’impact de la torture sur un homme ordinaire et son entourage, d’une manière profondément touchante et poétique. La méthode d’animation choisie, le stop-motion en pâte à modeler, renforce encore le sentiment d’impuissance et d’incompréhension du personnage, qui reste totalement désarmé devant la violence et l’injustice dont il fait l’objet.
Taoufik, le personnage principal du film, vit seul avec son âne blanc dans un petit village en Tunisie. Pour survivre, il récupère des bouteilles en plastique. La vie de Taoufik a été totalement bouleversée suite à la torture qu’il a subi.
« L’Homme sans voix » sera projeté dans plusieurs salles de cinéma en Alsace  :

 

  • Cinéma Le Sélect de Sélestat / Mercredi 26, vendredi 28 juin, mardi 2 et dimanche 7 juillet 2019
  • Relais Culturel Régional Pierre Schielé – Thann / Mercredi 26 juin et dimanche 7 juillet 2019
  • Cinéma REX Benfeld / Jeudi 27 juin 2019
Strasbourg Cinéma l’Odyssée / vendredi 28 juin 2019.
  • Cinéma La Passerelle, Rixheim / Jeudi 27, vendredi 28 et samedi 29 juin 2019
  • Cinéma Amitié Erstein / Dimanche 30 juin et lundi 1er juillet 2019
  • Cinéma Gérard Philipe à Wittenheim / Dimanche 30 juin et jeudi 4 juillet 2019
  • Espace Grün, Cernay/ Lundi 1er et vendredi 5 juillet 2019
  • Cinéma REX Ribeauvillé / Mercredi 3 juillet 2019
  • Cinéma Adalric, Obernai / Jeudi 4 juillet 2019
  • La castine, Reichshoffen / Mardi 9 et mardi 16 juillet 2019.

* Depuis l’ouverture des centres SANAD et jusqu’à la fin d’année 2018, l’OMCT en Tunisie a accompagné 392 bénéficiaires, que ce soit des victimes directes de la torture ou leur famille.
L’Organisation Mondiale Contre la Torture (OMCT) constitue la principale coalition internationale d’organisations non gouvernementales (ONG) luttant contre la torture, les exécutions sommaires, les disparitions forcées et tout autre traitement cruel, inhumain ou dégradant. De nombreuses organisations du monde entier actives en faveur de la protection et de la promotion des droits de l’Homme sont affiliées à son réseau SOS-Torture. En septembre 2011, l’OMCT a ouvert son bureau en Tunisie, privilégiant ainsi une approche de proximité avec ses partenaires locaux. L’OMCT a mis en œuvre de multiples actions de sensibilisation, de plaidoyer et de prise en charge des victimes, dans une approche complémentaire pour une intervention stratégique dans le pays.‬‬‬
Assistance directe : L’OMCT fournit une assistance directe aux victimes de torture et/ou de traitements cruels, inhumains ou dégradants à travers deux centres de conseil SANAD créés en 2013 et basés au Kef et à Sfax. SANAD couvre l’ensemble du territoire tunisien et offre à ses bénéficiaires une assistance multidisciplinaire (juridique, psychologique, sociale et médicale), en coopération avec l’administration publique, les groupes de professionnels (avocats, médecins, psychologues, intervenant-e-s sociaux/les, etc.) et les associations spécialisées.
Plaidoyer et réformes : L’OMCT mène des actions de plaidoyer auprès des décideurs et législateurs, en coopération avec ses partenaires de la société civile pour des réformes législatives et institutionnelles, en conformité avec la constitution tunisienne et les engagements internationaux de la Tunisie. L’OMCT appui également l’Instance Nationale pour la Prévention de la Torture (INPT), mécanisme tunisien de prévention de la torture.
Sensibilisation : L’OMCT conduit des opérations de sensibilisation auprès du grand public, de la société civile et des autorités afin d’attirer leur attention et de les mobiliser sur la lutte contre la torture et l’impunité. Le 26 juin de chaque année, l’OMCT commémore la Journée internationale pour le soutien aux victimes de torture avec ses partenaires.

ici le lien vers le site lerecit.fr

ici lien vers le site de l’OMCT

ici le lien vers le groupe facebook du court-métrage

 

Les pièces d’argent

mongi-aouinet-2020-29

L’aventure en 35
Après plusieurs années de gestation, le court-métrage va enfin commencer à vivre. Tout a commencé en 2000. Participant à une formation à l’Agence Culturelle d’Alsace, l’auteur fit la connaissance en avril 2000 de Jean-Paul Jarry, formateur, cadreur et chef opérateur.
Quelques mois après , ils se sont retrouvés à Paris le 1 août 2000, pour parler d’un projet : LES PIECES D’ARGENT. Le souhait du scénariste-réalisateur était de tourner le film en pellicule 35 mm et surtout en format SCOPE. Le format SCOPE n’est pas répandu dans le domaine du court-métrage. ll est réservé au long métrage. L’idée de tourner en CinémaScope séduit le chef- opérateur. C’est alors que commencent les premières recherches de financement.

mongi-aouinet-2020-59Le tournage a été reporté deux fois, par manque de moyens techniques et humains. A force de persévérance et de conviction, le réalisateur parvient à ses fins. En effet, il réussit à constituer une équipe technique et obtient par le chef opérateur, la confirmation du format de tournage désiré : le 35 MM SCOPE. Le budget prévisionnel est à ce moment là de 25 000 €. C’est en 2002, que le projet obtient une aide de l’Agence Culturelle d’Alsace, “La Bourse à la Première Oeuvre” d’un montant de 8 000 €. Les prises de vues ont lieu là où le réalisateur a grandi , une petite vallée en Alsace : La Vallée de Villé.

L’équipe de tournage composée de 24 personnes a été accueillie chez les parents du réalisateur durant les 9 jours de tournage à Dieffenbach au-val. Le tournage se déroule dans de très bonnes conditions, du 21 au 30 août 2002. L’équipe parvient à respecter le plan de travail, sans aucun retard, ce qui est un soulagement pour le producteur qui n’est autre que le réalisateur lui-même. La post-production L’étape du tournage franchie, le plus gros du travail restait à venir et les ennuis financiers commence alors à faire surface. En effet, malgré l’acharnement des demandes auprès de tous les organismes d’aides à la production de court métrage, le producteur n’essuya que des refus (CNC,Défi Jeunes, Thécif).

mongi-aouinet-2020-31

C’est alors que le projet prit une tournure financièrement chaotique. Se retrouvant sans aucune aide financière, la banque se mit à rejeter tous les chèques bancaires de la production. Malgré la situation, le réalisateur partit tout de même à Paris en septembre 2002 afin de monter le film durant 3 semaines. Le montage a été fait non pas en numérique mais en traditionnel, ce qui permis de réduire son coût. La production demanda alors à la Communauté de Communes de la Vallée de Villé l’autorisation d’utiliser le studio d’enregistrement du spectacle “Rêve d’une nuit d’été” , afin de simplifier le travail de post-production et surtout de réduire les coûts mais le refus fut catégorique sous prétexte que le film était à but lucratif.

mongi-aouinet-2020-49C’est alors qu’en mars 2003, le compositeur François Claudet enregistra la musique du film à Mundolsheim, avec des musiciens de l’école de musique de Colmar et le groupe Katzejammer. La production a dû faire face à des frais très importants, notamment concernant le son. En effet, le film a bénéficié d’un montage et d’un mixage effectués à Paris, ce qui apporte une qualité professionnelle à l’oeuvre. Certaines scènes ont été doublées, et le court métrage a été entièrement bruité. Le coût final s’élève finalement à 58 000 €. « Les pièces d’argent » a obtenu, un visa d’exploitation, délivré par le CNC. Maintenant que toutes les étapes sont franchies, il ne vous reste plus qu’à découvrir le film..

Format : 35 mm SCOPE
Durée : 13 minutes
Année : 2004
Visa N°110.763

Scénario Réalisation Production: Mongi Aouinet

Jimmy : Denis Origas

Cavalier/ Boulangère : Anne Zimmermann

Grand-mère :  Maria Griesmar

Le juge : Luc Michel

Producteur associé : Francis Kuhn

Avec l’appuie de Oméga Force Animation

Chef opérateur / Cadreur  : Jean-Paul Jarry

Musique composée par François Claudet

Mehdi Aouinet

Assistante de production : Aurélie Ryndak

Scripte : Caroline Hertzog

Assistant réalisation : Julien Siehr

Premier assistant opérateur : Grégory Rodriguez

Deuxième assistant opérateur :  Thiebault  Clémence

Clap : Marc Grandadam

Chef électro :Olivier Haie

Electro : Romuald Sum

Martin Risch

Son : Mickaël Gojon

Antoine Dollibo

Ghislain Gojon

Perchman (entre Autres) : Maxime (Maxistance) Stiegler

Machiniste : Myriam Aouinet

Accessoires, Décoration : Gaël Helsly

Maquillage/coiffure : Angeline Dangelser

Costume : Aurélie Sutter

Régisseurs : Géraldine Zimmermann

Mehdi Aouinet

Aurélie Ryndak

Equitation : Camille Schurra

Christian Dietsch

Photographe de plateau : Martine Spitz

Making of : Huseyin Ozveren

Opération développement pellicule : Yannick Grandadam

Montage : Marine Benveniste

Assistante monteuse : Sophie Renault

Montage son Sandy Notarianni

Post synchro : Gilles Guigue

Bruitage : Pascal Mazière

Mixage : Laure Arto

Enregistrement et Mixage de la Musique Yves Keiser

Les Musiciens

Valentin Greigert Slynd Kyrre

Christelle Rithié Guegan Guillaume

Hélène Piquignet Annie Sibert

Clotilde Gries Agathe NEBL

Julien Bidar Laurent Colombo

Le groupe Katzejammer :

Chant Pascal Seither

Guitare Patrick Baltzer

Batterie Gérald Damidaux

Basse Thibaut Carrère

FIGURATIONS

Chauffeur accidenté : Stéphane Dollé

Policiers : Grandadam Alain

Schmitt Gaël

Dotzler Romuald

Dentistes : Knafou David

Ohrel Philippe

Infirmières : Zimmermann Géraldine

Spitz Martine

Les enfants

Bernard Nelly Knafou Elsa

Bernard Nicolas Martin Pierre

Geiger Karen Ozveren Önder

Jonathan Kuhn Ozveren Suzanne

Herrbach Nicolas Ozveren Yener

Reboult Justine Tirian Mickaël

Schmitt Alexandre Thiebault Thierry

Sisser Sophie Wendling Aurélie

Le cheval : Charly

PRESTATAIRES

GROUPE TSF/LOCAFLASH

NEYRAC FILMS/CENTRE IMAGE

BOGART SA

KODAK

SIS

JACKSON

EURO SOUND PROJECT

ERCIDAN-FILM

CAISSE D’EPARGNE DE SELESTAT

L’ATELIER DE LA COLOMBE

DOLBY DIGITAL

REMERCIEMENTS

Villages de Dieffenbach-au-Val, Thanvillé, Neubois et Steige

La communauté des communes de Sélestat

La brigade de gendarmerie de Villé

M. Angel de la Direction Départementale de l’Equipement

La société Omega Diffusion Effets Spéciaux

M. et Mme Loux de la boulangerie de Steige

M. Faivre du supermarché Leclerc

La Boulangerie Fonné Reibel de Sélestat

L’équipe du restaurant Hühnerstall

M. le Curé Zenner

Mme Greiner de l’hôpital de Sélestat

Jean François Grohens GOLD JP

M. et Mme Schurra

M. et Mme Wagner

M. Sifferlin Florent

Le cinéma « Sélect » de Sélestat

L’Ecole Nationale de musique de Colmar

L’Ecole de Musique de Mundolsheim

M. Aouinet Mohsen et Mme Aouinet Madeleine

Mme Kuhn Mathilde et M. Kuhn Albert

Mme Kuhn Raphaëlle

Mme Origas Annie et M. Origas Jean-Louis

M. Dollé Olivier

M. Trottet Philippe

Mlle Prévoteau Karine

Mme Léonart Pierrette

M. Fellous Maurice

M. Kuhn Francis

Paradoxe Films 2004

Film d’animation : L’Homme sans voix

Taoufik vit seul avec son âne blanc dans un petit village en Tunisie, pour survivre il récupère des bouteilles en plastique. Il a des troubles du comportement, il s’endort un peu partout, son sommeil est perturbé par des cauchemars.

Produit par Paradoxe Films en collaboration avec l’Organisation Mondiale contre la Torture.
Co-réalisé par Mongi et Abdelkarim Aouinet.

Création des décors et animation Abdelkarim Aouinet.

mongi-aouinet-photos-2048

 

Scénario : Mongi Aouinet
Dialogues : Wifek Aouinet

Musique : Kais Sellami
Oudiste : Fadhel Boubaker

Musique du générique :
Composition et arrangement Alia et Kais Sellami
Paroles Myriam BENEDETTO

Image, lumière, montage, effets spéciaux, étalonnage, bruitages, mixage Mongi Aouinet.

Enregistrement des voix : Julien Hecker/Studio Audimage

Coordinatrice du projet OMCT : Emtyez Bellali

Groupe facebook du film : https://www.facebook.com/groups/803276686496142/

Paradoxe Films : Juin 2018.mongi-aouinet-1880

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑